Découvrir le cuir

Envoyer Imprimer PDF

Sample image

La peau est un matériau ancestral, symbole de durée et de solidité. Le tanneur fait un travail essentiel pour transformer cette matière première de qualité en cuirs aux aspects et propriétés différentes même si la peau reste un produit d’origine animale, et qu’il n’existe pas de cuirs sans défaut ou parfaitement identiques.


Les bovins (bœuf, veau, taureau et buffle) représentent 70 % du total des peaux produites dans le monde, le veau étant la plus fine. Les 30 % restants sont composés de l’agneau, du cheval, de la chèvre mais aussi des crocodiles, pythons, lézards, etc…

La peau est composée de trois parties que sont : l’épiderme, partie supérieure de la peau qui est éliminée au tannage ; le derme, partie centrale transformée en cuir composée d’une face appelée fleur et d’une face carnée ; le tissu sous cutané  qui assure la liaison avec la chair de l’animal qui est également éliminée au tannage.

Les artisants italiens ont acquis au fil des générations un savoir faire inégalé dans le travail du cuir. Celui se décompose en trois grandes opérations :

« il lavoro di fiume » : écharnage ou travail de rivière.
Il consiste après avoir fait tremper à l’eau courante les peaux brutes à les débarrasser des souillures, poils et débris de chair et à les préparer à subir l’action du tan.

« la concia » ou tannage.
Les peaux effectuent un long séjour dans des fosses remplies de jus tannants de plus en plus concentrés qui se fixent sur les fibres pour les rendre imputrescibles et les transformer en cuir.

« il finissaggio » ou finition.
Le « corroyeur » égalise, colore les cuirs et leur donne leur aspect définitif. Il améliore les qualités indispensables d’imperméabilité, de solidité, de résistance à l’usure que possède naturellement le cuir.

 

 


Recherche produit/taille

Actuellement

Nous avons 16 invités en ligne